Association pour la Défense et la Sauvegarde de l'Environnement
des Communes de la Suisse Normande

"Défendre, sauvegarder et promouvoir l'environnement, l'habitat et le tourisme sur les communes de la communauté de communes dite de la "Suisse Normande". Notamment, intervenir au sujet de tout projet d'aménagement du territoire des départements de l'Orne et du Calvados ayant une incidence sur ces aspects"


INFOS ... INFOS ... INFOS ... INFOS ... INFOS ... INFOS ... INFOS ... INFOS ...

24 juin 2011 : le CG de l'Orne a voté 10 millions d’€ pour la mise à 2x2 voies entre l’autoroute A88 et Sevra (entre Argentan et Flers) … pour la mise à 2x2 voies de la rocade nord d’Alençon

15 décembre 2009 : présentation d'un tracé de 2x2 voies aux normes autoroutières aux maires de Thury, Croisilles, Les Moutiers et Esson Voir le compte rendu Voir le tracé



2x2 VOIES AUX NORMES AUTOROUTIERES
BOULON-FLERS : Quels bénéfices, pour qui ?

"L'itinéraire proposé doit favoriser l'implantation d'activités économiques, notamment dans le bassin d'emploi de l'aggomération caennaise, de Thury-Harcourt ..." (conseil général du Calvados, débat public - 2004)

"La 2x2 voies permettra de faciliter les déplacements du personnel très qualifié ... en les rapprochant de Caen" (J. de Sa Moreira - Faurecia)

  Liaison Caen - Thury Harcourt : un bouleversement inutile

La circulation pose peu de problèmes sur ce tronçon, sinon essentiellement le contournement de Thury, qui peut se faire sans 2x2voies. Par rapport à la configuration actuelle de la RD 562, le gain en temps d'une 2x2 voies aux normes autoroutières, compte tenu de la présence éventuelle de poids lourds, serait de 3 minutes, soit 15 % du trajet Thury Harcourt / Fleury sur Orne.

Développement économique : un miroir aux alouettes

Des branchements sur la 2x2 voies à Croisilles ou ailleurs ne feront pas plus surgir de terre des zones industrielles qu'elles ne l'ont fait entre Caen et Falaise. Qui peut sérieusement affirmer que la présence d'une 2x2 voies à Thury Harcourt changerait quoique ce soit au fait qu'il faille lourdement subventionner les entreprises pour qu'elles s'y installent, parfois de façon éphémère (1,3 million d'euros pour Adgene, 1,8 million d'euros pour Arvin Meritor) ?
En réalité, le projet Caen-Flers vise essentiellement à favoriser le trafic de camions entre Caen et Flers, en particulier les super poids lourds récemment autorisés (20 mètres de long, 60 tonnes). Cependant, Flers développe sa liaison en 2x2 voies vers Argentan et l'A88 et l'A28 à l'Est, et son "enclavement" économique sera à terme bien moindre.


Ruralité : rien à y gagner

Pour les habitants de la Suisse Normande, il importe essentiellement de pouvoir rejoindre facilement et économiquement les grandes agglomérations. Cependant, une 2x2 voies ne permettrait pas plus de rejoindre quotidiennement les grands pôles. En effet, rouler à 110 km/h ne diminuera pas les frais de transport, alors que le prix de l'essence est amené à dépasser les 2 € le litre. S'agissant des déplacements occasionnels, ils peuvent être satisfaits à un coût d'aménagement moindre, et ne sauraient justifier de la dégradation de la qualité de vie des riverains, si une 2x2 voies aux normes autoroutières venait à éventrer la Suisse Normande.

Accidents : les vraies responsabilités

Les usagers de la RD 562 entre Boulon et Thury peuvent le constater par eux-mêmes: c'est l'absence parfois totale de contrôles routiers, ou d'aménagements sécurisés, ainsi que le comportement de quelques conducteurs qui sont en cause. Si la "tolérance zero" existe, ce n'est pas dans cette partie du Calvados. Si les pouvoirs publics sont réellement préoccupés par la sécurité, c'est cet état de fait qu'ils doivent changer.

 

"l'amélioration des circulations permettra le maintien sur place des populations qui travaillent dans des pôles d'activités plus ou moins éloignés" (conseil général du Calvados, débat public - 2004)


Des dépenses lourdes et inutiles

Non seulement il faudrait construire cette 2x2 voies pour un coût de 90 millions d'euros, mais il faudra encore l'entretenir, pour un coût d'environ 700 000 € par an, ainsi que l'actuelle RD 562, pour un coût de 300 000 € par an, auquel il convient d'ajouter encore 50% pour le gros entretien.

Environnement : des atteintes nombreuses

Les atteintes à l'environnement seraient nombreuses : saignée grillagée de Caen à Thury (30 km) coupant les corridors écologiques, qui ne seront pas compensés par quelques tunnels; emprise sur des zones écologiques et impact sur la faune y trouvant refuge; nuisances sonores bien supérieures à la situation actuelle, vu l'augmentation du trafic poids lourds et la vitesse; repoussoir touristique, car les touristes aiment les voies rapides pour se rendre sur leurs lieux de villégiature, pas sur leurs lieux de séjour. Enfin, le tracé proposé n'est pas celui dicté par le moindre impact, mais par les plus fortes pressions politiques. Celles-ci se sont exercées au conseil général, "entre amis", jusqu'à infléchir sensiblement le tracé initialement retenu.

Le résultat, pour le tronçon des Moutiers-en-Cinglais à Thury-Harcourt, est ainsi particulièrement tortueux, pour ne pas dire "tordu". Pour satisfaire les amitiés de la présidence, le premier tracé voté par le conseil général (variante "Courmeron") est tout d'abord évacué. De nouveaux tracés, non soumis au Débat Public, aux impacts très dommageables pour l'environnement, l'habitat, l'activité économique et touristique sont introduits. La dernière proposition en date ne trouve pas mieux que de serpenter entre les habitats de La Pilière, du Moncel et de Placy, et de plonger dans une ZNIEFF de type I, la vallée du Traspy, arrosant au passage la zone des nuisances d'une côte à 10% de dénivelé. Au total, même si aucun tracé de cette 2x2 voies aux normes autoroutières n'est exempt, à un titre ou à un autre, d'atteintes lourdes à l'environnement, c'est le plus mauvais tracé qui serait retenu.


Pourquoi une 2x2voies autoroutière alors ?

Pour permettre à l'agglomération Caennaise de capter plus facilement le flot de camions de et vers Flers; pour permettre à certains d'obtenir un contournement de leur ville qu'ils pensent ne pas pouvoir obtenir autrement qu'en cautionnant ce projet inutile et coûteux; parce que des élus se laissent abuser par de vieilles solutions d'aménagement du territoire, bientôt totalement dépassées par une révolution énergétique inéluctable.
Des solutions simples, moins coûteuses et moins impactantes existent, pour améliorer le trajet routier Caen-Flers : ce sont elles qu'il faut privilégier. Il faut organiser le contournement des agglomérations (Thury-Harcourt, St Remy, Clécy, Condé sur Noireau), aménager sur place des zones de dépassement lorsque cela est possible, et envisager un nouveau tracé au plus près du tracé actuel, lorsque cela est absolument nécessaire. Il faut développer aussi des transports en commun vraiment modernes, seuls à même de favoriser l'habitat rural durablement, plutôt que d'anecdotiques pistes cyclables.
Il faut respecter les spécificités géographiques et écologiques de la Suisse Normande, plutôt que d'imposer, ici comme partout dans la Calvados, des options extrêmes, bien que courantes, qui voudraient que toute la France se trouve à moins de 25 kilomètres d'une quasi-autoroute. La nouvelle donne économique et écologique impose une rupture des politiques de transport, en particulier dans le monde rural, et non la reproduction de politiques uniformes, fatiguées et sans avenir.

La position de l'ADSE

Un besoin d'amélioration de la liaison routière se fait sentir, sur le trajet Thury-Harcourt - Flers. Cependant, les spécificités géographiques et économiques de la région de la Suisse Normande ne sont pas compatibles avec une doctrine uniforme "autoroutière", et il faut rechercher un aménagement de type 3 voies alternées, avec contournement des agglomérations, sur ce parcours. Pour la section Boulon-Thury, qui semble avoir la priorité du conseil général du Calvados, nous constatons qu'il n'y a pas de besoin réel, sinon le contournement de cette dernière. Si le besoin d'une 2x2 voies aux normes autoroutières venait à être démontré, alors nous soutenons qu'une variante "plateau" constituerait un moindre mal, pour l'habitat et pour l'environnement.

 


Le dernier tracé présenté par le conseil général :